Crise du Covid

Réformes

La crise économique et sociale qui s'annonce, avec son lot de nouveaux chômeurs, ses énormes demandes de formation préalables aux reconversions, ses difficultés de trésorerie, aura besoin de remèdes de cheval. Ambition France propose 2 réformes "choc".

Ambition France - 15 septembre 2021 - Par le Groupe Economie.

Aucun doute ! Les mois à venir vont accroitre le niveau de chomage, en particulier pour les moins qualifiés, et les besoins en formation dus aux reconversions nécessaires pour les salariés des secteurs les plus touchés. Contrairement aux grandes entreprises, mieux armées financièrement et structurellement pour répondre à cette crise, les TPE et PME vont vivre une crise à "bas bruit", beaucoup plus dure.

Elles devront pouvoir disposer de toutes les solutions leur permettant de surmonter rapidement les difficultés à venir, tant sociales que structurelles, financières ou fiscales.

Ces petites entreprises, ces artisans, ces commerçants auront énormément besoin de flexibillité et de moyens en formation pour espérer survivre à la crise qui s'annonce. Sans oublier une indispensable  "respiration fiscale" nécessaire à la reconstruction rapide de leurs trésoreries.

Tout le monde convient que  :

La "formation sur le tas" est sans doute la plus rapide et la efficace pour intégrer un nouveau salarié dans l'entreprise,
L'adaptation des horaires à la charge de travail est un instrument fondamental pour pouvoir répondre à une demande variable ou instable.

Pour tenter de réduire l'impact de cette crise à venir, Ambition France propose deux réformes essentielles pouvant répondre à ces besoins de flexibilité, de formation et d'allègement fiscal :

 

La proposition d'Ambition France pour lutter contre le chômage de longue durée et favoriser la formation : "L'ACE"

Cette proposition consiste à orienter l'argent public vers le circuit de production pour financer en partie la formation et résorber le chômage.

Un chômeur pourra choisir de reverser tout ou partie des indemnités qu'il devrait percevoir, et pour leur durée, à toute entreprise lui proposant un contrat à durée indéterminée (CDI). Cet apport financier permet à l'entreprise de former " in situ" son nouveau salarié ou d'accroitre et adapter ses compétences.

Savoir plus bleu ombre

 

La proposition d'Ambition France sur la flexibilité au travail : "Le CTV"

Ambition France veut instaurer un temps de travail modulable pour éviter la multiplication des contrats partiels et les licenciements économiques

Il existe aujourd’hui plus de 20 types de contrats de travail différents(1), dont le Contrat de Travail à Durée Indéterminée (CDI), le Contrat de Travail à Durée Déterminée (CDD) et le Contrat de Travail à Temps Partiel (CTP) sont les plus largement répandus.

Aucun d’entre eux ne permet d’adapter réellement le temps de travail effectif aux variations de l’activité de l’entreprise.

Pour s’y adapter, l’entreprise ne peut avoir recours qu’aux heures supplémentaires ou à de nouvelles embauches en cas d’augmentation temporaire de l’activité ou au chômage technique ou partiel dans le cas contraire.

Pour éviter le chômage partiel ou les licenciements, la proposition veut instaurer un Contrat à Durée Indéterminée et à Temps Variable individuel, à l'instar de ce qui se fait déjà sur un plan collectif.

À la demande de l'employeur ou du salarié lui-même, et d'un commun accord, le temps de travail pourrait varier de 25 à 45 heures hebdomadaires, en fonction de l'activité réelle ou à venir de l'entreprise.

La rémunération hebdomadaire serait donc elle aussi variable en fonction des heures travaillées mais ne pourrait être globalement inférieure à 12 fois le SMIC sur une période annuelle. Au même titre, le temps de travail annuel ne serait pas inférieur à 1 607 heures, durée légale du travail pour un temps complet

Savoir plus bleu ombre