Nelly GUET - ebook - Avril 2014

Pas moins de 15 Ministres et Secrétaires d’Etat français se positionnent, dans ce livre, sur cette question essentielle pour l’avenir de notre pays.

En 2014, l'Europe est notre nouvelle patrie.

Ce témoignage a pour but de dénoncer l’immobilisme d’un système prisonnier du passé alors même que l’avenir de la France est profondément lié à l’Europe.

Notre « école de la République » n’est ni efficace, ni démocratique, ni exemplaire, ni éternelle : la situation actuelle est lourde de menaces pour notre contrat social.

 

Scolarisant plus de 12 millions d’élèves, employant plus d’un million de personnels titulaires, dont 850.000 enseignants, dotée d’un budget de 63,4 milliards d’euros, notre système éducatif monolithique éconduit 150.000 jeunes par an, est le symbole d’une ère révolue : une administration pléthorique que ne justifie que l’héritage du passé, des établissements et des Académies administrés mais non pilotés, des syndicats menacés, ne se remettant pas en question, des parents mal informés.
Les réformes sont systématiquement amputées, vidées de leur sens, suite à des concessions faites par des Ministres et/ou des Présidents peu courageux.

L’auteur a travaillé dans des milieux sociaux très variés, des pays étrangers, des associations de dimension internationale, ce qui lui permet de faire des comparaisons concrètes sur le terrain, des mérites et des inconvénients. Le récit n’est pas celui d’un spectateur passif, mais celui d’un acteur luttant pour la réforme de ce système, avec un point de vue engagé.

Ce livre relate les multiples occasions de corrections de cap, qui se sont offertes aux politiques, de François Bayrou, en 1993, à Vincent Peillon, en 2014, en passant par Ségolène Royal, Xavier Darcos, Luc Chatel…. et ont été sciemment négligées.
Il démontre l’immobilisme et la sclérose de certains pans entiers du système, notamment le rôle des syndicats et leur pouvoir de blocage de toute réforme, l’enfermement des parents d’élèves dans des stéréotypes, le rôle timoré des médias et des ministres, dans leur ensemble et leur souci « politique » à courte vue.

Ce livre n’est pas un traité ou un essai purement théorique ; il est et se veut proche de l’expérience et des actions, de la pratique concrète, de ce que l’on a fait, de ce qu’il était concrètement possible de faire, de ce que l’on pourrait faire.

Ce livre est un livre passionnel ; il n’est pas détaché et neutre comme l’exige le regard purement théorique ou philosophique. Il est le récit d’une passion, heurtée, contrariée, celle de vouloir ouvrir des brèches pour dégager des lignes de progrès, de renouvellement.
Il montre que les rouages institutionnels ne laissent plus la vie et l’innovation s’exprimer. La vie y est tuée, ou tellement amputée que c’est une sclérose de mort ; et cet aspect, hélas mortifère, n’apparaît jamais mieux, que lorsque l’on voit les efforts, les tentatives de toutes sortes se briser sur le mur de l’immobilisme.

Mais ce constat négatif n’a de sens que s’il permet d’ouvrir les esprits vers des réformes positives et réalisables, dès maintenant.

En 2014, nous n’avons plus le choix.

Le plan de sauvetage est minutieusement décrit dans le troisième chapitre, le plus important du livre. Il décrit les responsabilités qui incombent à chacun d'entre nous, en se référant, non pas à un modèle européen qui n'existe pas, mais aux pratiques en cours dans les autres pays européens. Il fait notamment le lien entre le monde de l'éducation et celui de l'entreprise : implication, leadership, évaluation, culture du résultat, formation continue, innovation portée par les nouvelles technologies. Les deux univers ont beaucoup en commun et doivent se rapprocher.

Le nouveau Ministre, Benoît Hamon sera-t-il l’homme de la situation ou serons-nous encore prisonniers du "mirage républicain"?
En choisissant, en 2014, le « virage européen », les Français assureront, grâce à l’Education, l’avenir de leurs enfants et de leur pays.

Partagez cet article

Espace Participants

Notre Lettre d'Information

Abonnez-vous et recevez gratuitement la Lettre Ambition France.
Civ.
J'accepte que mes données personnelles soient conservées par Ambition France
Si vous ne souhaitez plus recevoir notre Lettre d'Informations, merci de vous désinscrire ci-dessus après avoir rempli tous les champs
Voir notre politique de confidentialité

Acteurs Société Civile