Niel XavierEconomie numérique

Il est vice-président et directeur délégué à la stratégie d'Iliad, groupe de télécommunications français, maison mère du fournisseur d'accès à Internet Free et de l'opérateur de téléphonie mobile Free mobile, entités dont il est le fondateur. Il est également copropriétaire du groupe Le Monde (propriétaire du journal homonyme).

Il a été membre du Conseil national du numérique du 29 avril 2011 au 5 juillet 2012. Il inaugure un établissement d'autoformation en informatique appelée 42, à Paris le 15 juillet 2013, et ouvre un second établissement dans la Silicon Valley, aux États-Unis, mi-juillet 2016.

 

Du Minitel rose au groupe Iliad

Il teste le potentiel du Minitel dès 1983, alors qu'il est lycéen et se spécialise dès 1984 en créant des services de Minitel rose, puis en investissant dans des peep-shows et des sex-shops. En 1987, il arrête sa classe préparatoire scientifique pour se lancer à plein temps dans une entreprise de services pornographiques par Minitel en collaboration avec Fernand Develter, un ancien fondé de pouvoir à la Société générale reconverti dans les serveurs érotiques de l'époque « 3615 » et les sex-shops, ces derniers lui rapportant plusieurs milliers d'euros par mois . Il rachète pour cela une licence de presse afin de pouvoir devenir éditeur de service, détournant celle-ci afin de mettre en place ses services commerciaux6. Par ce truchement, il devient millionnaire en euros à 24 ans.

En 1990, il rachète à Fernand Develter 50 % de Fermic Multimedia, un éditeur de services de Minitel rose créé dans les années 1980 et le rebaptise « Iliad ». Il en restera actionnaire majoritaire (55 % en 2016). Il est à l'origine des produits lancés par le groupe Iliad, et notamment le service « 3617 Annu » lancé en 1996 ou le site « societe.com ».

En 1995, il investit dans le premier fournisseur d'accès à Internet grand public en France, Worldnet, société revendue en décembre 2000 à Kaptech (groupe Neuf Cegetel) pour 40 millions d'euros. En 1999, il développe une offre d'accès à Internet sous le nom de Free, puis cherche à faire passer par la même ligne une offre de téléphonie et de télévision, ce qui suppose d'utiliser un boîtier électronique qui soit techniquement capable de le faire. Il décide avec Michaël Boukobza, son bras droit, et Rani Assaf, son directeur technique, de mettre au point ce boîtier.

Le 1er novembre 2002 est lancée la Freebox, ainsi avec Rani Assaf, il est l'initiateur en France des offres triple play et du concept de box.

Xavier Niel est à l'origine de la création le 11 septembre 2006 de la Fondation Free. L'objectif de la fondation est de réduire la fracture numérique. La fondation, dotée d'un faible budget et n'employant qu'une seule personne, n'a pas d'activité connue depuis 2013, après avoir été utilisée comme véhicule pour le financement de l'école.

En 2008 paraît un livre dont il est l'auteur, avec Dominique Roux, intitulé Les 100 Mots de l'Internet, dans la collection Que sais-je ?.

Projets et investissements

Xavier Niel a notamment racheté avec d'autres investisseurs les droits des chansons de Claude François en 2009.
Presse et médias

En 2010, il investit dans plusieurs startups liées à l'information en ligne (Mediapart, Bakchich), la technologie (Ateme) ou la musique (Deezer). En juin 2010, il confirme sa volonté de peser dans l'activité de l'information et de la presse écrite en s'associant avec Pierre Bergé et Matthieu Pigasse pour prendre le contrôle du quotidien Le Monde au travers d'une recapitalisation du groupe.

Il est également membre de la holding d'investisseurs Free Minds, parmi lesquels figurent Charles Beigbeder, Marc Simoncini (fondateur de Meetic), et Arnaud Dassier (fondateur de l'agence de communication L'Enchanteur des médias, qui a animé la campagne de Nicolas Sarkozy sur le Web en 2007), holding qui a contribué au financement du site d'actualités Atlantico.
Investissement dans les startups

En mars 2010, Xavier Niel s'associe avec l'entrepreneur et « business angel » Jeremie Berrebi, afin de lancer son propre fonds d'investissement, Kima Ventures. Ce fonds d'investissement a pour objectif d'investir dans 50 à 100 startups par an à travers le monde. Ainsi en août 2012, Kima Ventures a investi dans 160 entreprises. Fin 2010, le média américain Business Insider citait Kima Ventures comme étant le fonds de business angels le plus actif du monde par son nombre de participations.

En 2012 puis en 2013, Xavier Niel investit dans la startup Stootie, plateforme géolocalisée de services entre personnes aux côtés notamment de Jean-David Blanc (fondateur d'Allociné)

Fin mai 2013, Xavier Niel accompagné de Jean-David Blanc (AlloCiné), Jacques-Antoine Granjon (Vente privée), Jérémie Berrebi (Kima Ventures) et Clément Benoît (Resto-in), apporte son soutien financier à Bank of Poker lors d'une levée de fonds d'un montant non communiqué.

Il est actionnaire de Resto-Flash, le premier ticket restaurant dématérialisé.

Le 18 novembre 2013 Xavier Niel, Marc Simoncini (PDG de Meetic) et Jacques-Antoine Granjon (PDG de vente-privee.com), ont décidé de financer 101 startups à raison de 25 000 euros chacune. Les candidats avaient une minute pour présenter leurs projets.

Le 25 avril 2014, il rachète 55 % de Monaco Telecom31.

Le 18 décembre 2014, il rachète, via sa holding NJJ Capital, Orange Suisse (propriété de Apax Partners depuis 2012) pour 2,3 milliards d’euros qui sera rebaptisé « Salt » le 23 avril 2015.

Le 4 septembre 2015, il annonce avoir investi, aux côtés de Daniel Marhely (fondateur de Deezer) et Julien Codorniou dans la start-up française Kokoroe, première plateforme de partage de passions.

Le 15 septembre 2015, il annonce avoir investi, aux côtés de Oliver Samwer (fondateur de Rocket Internet), Jean-David Blanc et Thibaud Elzière dans la start-up française WeMoms, premier réseau social destiné aux mamans.

Le 26 novembre 2015, il investit avec Laurent Ruquier dans la start-up française de rémunération des vidéastes Tipeee.
Free Mobile

En janvier 2012, il lance le service de téléphonie mobile Free Mobile avec une offre commerciale agressive, proposant simplement deux forfaits de 2 et 19,99 euros (ce dernier en illimité), immédiatement adopté par deux millions d'abonnés en deux mois.
Éducation et formation

En septembre 2011, il s'associe avec Jacques Antoine Granjon (Vente-privée.com) et Marc Simoncini (Fondateur Meetic et Jaïna Capital) pour créer l'Ecole Européenne des métiers de l'Internet (EEMI), école privée destinée à former les étudiants aux métiers du net.

Le 26 mars 2013, accompagné de Nicolas Sadirac, Kwame Yamgnane et Florian Bucher, il annonce l'ouverture de l'école. Celle-ci est destinée à la programmation et aux métiers techniques du numérique et est réservée aux jeunes de 18 à 30 ans. Cette formation gratuite, sera financée à 100 % sur fonds propres pour les dix années à venir, pour un montant estimé de 70 millions d'euros.

L’école US est prévue de s’ouvrir dans la Silicon Valley à la mi-201640.
Autres investissements
Xavier Niel le 25 juin 2008, à l'espace Cardin, à Paris.

Le 30 mai 2016, il acquiert le célèbre hôtel Coulanges de la place des Vosges, à Paris, classé aux monuments historiques, pour la somme de 31,5 millions d'euros. Pour l’occasion, il a créé une société civile immobilière dont il détient 99 parts, la centième revenant à sa compagne Delphine Arnault, directrice générale adjointe de Louis Vuitton

Le 23 octobre 2014, Xavier Niel annonce la création du plus grand incubateur de jeunes pousses au monde, dans le treizième arrondissement parisien, au sein de la Halle Freyssinet41. Le 29 juin 2017 à Paris, il inaugure en présence du président Emmanuel Macron le campus « Station F »

 




Source : Wikipedia

Partagez cet article

Ajoutez votre commentaire

5000 caractères restants


Nos Visiteurs

176762
Aujourd'huiAujourd'hui373
HierHier595
Cette semaineCette semaine3997
Ce mois-ciCe mois-ci14277
Depuis toujoursDepuis toujours176762
Le jour le plus visité et pays d'origine du dernier visiteur 01-13-2019 : 1097
?
UNKNOWN

Vous connecter

Notre Lettre d'Information

Abonnez-vous et recevez gratuitement la Lettre Ambition France.
Civ.
J'accepte que mes données personnelles soient conservées par Ambition France
Si vous ne souhaitez plus recevoir notre Lettre d'Informations, merci de vous désinscrire ci-dessus après avoir rempli tous les champs
Voir notre politique de confidentialité

Acteurs Société Civile

Europe - Consultations citoyennes