Conflit

Invité du Grand Jury sur LCI ce dimanche, Stanislas Guerini a appelé l'Union Européenne à reconnaître à l'Ukraine le statut de candidate à l'adhésion.

TF1 Info - 6 mars 2022 - Par M.G

Dans un contexte d'extrême tension, le délégué général de La République en Marche espère faire de même pour la Moldavie et la Géorgie, autres voisins de la Russie.

ntégrer pour mieux protéger ? Victime d'une agression soudaine, et d'une offensive de grande envergure, l'Ukraine a sollicité l'appui de l'Europe. En parallèle, le président Volodymyr Zelensky a officiellement sollicité une intégration dans l'Union Européenne. Une démarche que Stanislas Guerini voit d'un très bon œil. "Je pense que l’Union Européenne doit accueillir favorablement la demande de l’Ukraine d’être reconnue comme candidate à l’adhésion", a-t-il affirmé ce dimanche, sur le plateau du Grand jury. "Cela ne veut pas dire que, dès demain, l’Ukraine va rentrer dans l’UE. Mais c’est très important maintenant de reconnaître ce statut, au moment où les Ukrainiens ont écrit cette demande avec des lettres de feu et de sang", souligne le délégué général de La République en Marche. "Cela montre toute notre solidarité", martèle-t-il.

Le député va même plus loin et suggère d'ouvrir la porte à d'autres pays, également voisins de la Russie. "La Moldavie et la Géorgie sont très légitimement inquiets de la situation", estime-t-il, proposant d'accepter leur dossier de candidature à l'UE. "Reconnaître ce statut de candidat, ce n’est pas dire que ces pays seront adhérents dans un futur proche", assène-t-il. "Dans ces moments de déstabilisation, ce sont des demandes qu’il faut entendre", ajoute-t-il.

L'élu français a, en tout cas, appelé à ne "pas céder à la propagande russe laissant penser que c’est parce qu’il y aurait eu une stratégie d’accaparement d’un certain nombre de pays de l’UE que la Russie a eu la légitimité de déclencher ce conflit". "Ce sont des balivernes. Quand la Russie a pris la décision d’envahir l’Ukraine, il n’y avait pas de processus d’adhésion", lance-t-il. "Là où Vladimir Poutine avait le projet de dislocation de l’Union Européenne, nous montrons que l’Europe est en train d’être réveillée, est en train de prendre son destin en main", prévient-il encore.