Back to Top
Master WEB Il y a 4 semaines
Guerre en Ukraine : "La Russie à la capacité à absorber les difficultés", juge Hélène Carrière d'Encausse

Invitée de LCI ce mardi, l'académicienne Hélène Carrère d'Encausse, spécialiste de la Russie, estime que le pays de Vladimir Poutine peut tenir bon en dépit des sanctions prononcées à son encontre depuis le début de la guerre en Ukraine.
"Les Russes ont une capacité de souffrance", explique-t-elle.

Trois mois et demi après le début de l'invasion russe, et malgré des salves de sanctions européennes et américaines, la Russie tient toujours. Pour l'historienne spécialiste de la Russie, Hélène Carrère d'Encausse, cette situation est tout sauf une surprise. "La Russie est un pays qui a une grande capacité à absorber les difficultés, son histoire a été très tragique", rappelle-t-elle sur LCI (voir vidéo en tête de cet article).

Selon l'ancienne députée européenne, "les Russes ont tellement vécu de catastrophes, ils y sont habitués". "Toute leur histoire est faite de catastrophes. Ils ont une capacité de souffrance, toute la littérature le dit."
"Les Russes ne s'interrogent pas au bout de trois mois de guerre"

De son côté, l'Occident tente, en vain, de faire cesser les combats et de négocier la paix, 104 jours après le début de la guerre. "Les Russes ont une conception du temps différente de la nôtre", explique Hélène Carrère d'Encausse. "Nous, nous sommes des impatients", oubliant que la seconde guerre mondiale a duré des années, poursuit l'historienne. "Les Russes sont beaucoup plus patients et se disent que cela va finir par s'arranger. Ce n'est pas au bout de trois mois qu'ils s'interrogent."
Lire aussi
Guerre en Ukraine : les États-Unis jugent "crédible" que la Russie vole du blé "pour le vendre"

Pour autant, "le peuple russe est exaspéré, c'est évident", estime-t-elle. "Les mères de soldats vont sortir du bois, car elles ne supporteront pas de voir revenir les cadavres de leurs enfants", anticipe la secrétaire perpétuelle de l'Académie française. Pas certain toutefois que cela suffise à entraîner la fin de la guerre. "Cela viendra plutôt du sommet, mais nous ne savons pas quand ni comment."

Par Idèr Nabili

The jComments component is not installed