Entretien

Le ministre de l’Intérieur annonce au Figaro un débat sur l’immigration et dévoile les pistes de l’exécutif pour mieux lutter contre l’insécurité.

Le Figaro Politique - 3 août 2022 - Par Arthur Berdah et Christophe Cornevin

LE FIGARO. - Cet été, des faits divers ont mis en scène des délinquants étrangers. Sur le front de l’immigration, vous avez décidé de passer à l’offensive. Quel est votre plan de bataille et votre calendrier?

Gérald DARMANIN. - Tout à fait. Pendant la présidence française de l’Union européenne, grâce à l’action du président de la République, nous avons obtenu un accord historique sur le contrôle de nos frontières extérieures. Dans le même temps, nous souhaitons passer à la vitesse supérieure en France. Cela va passer par une réforme profonde de l’organisation de l’asile, une intégration bien plus exigeante des étrangers arrivant sur le territoire national, une réflexion nécessaire sur le rapport entre immigration et économie, ainsi que par une lutte plus intraitable que jamais contre les étrangers délinquants.

À la demande de la première ministre, dès la fin août et en septembre, nous allons organiser une concertation Place Beauvau sur la base de nos propositions, avec tous les partis, les partenaires sociaux, les associations et les représentants de la société civile. En octobre, nous mettrons à l’ordre du jour de l’Assemblée nationale et du Sénat un grand débat sur l’immigration avant qu’un projet de loi finalisé ne soit présenté. Nous avons une proposition de texte législatif, mais, pour un tel sujet, deux mois de concertation ne sont pas de trop.

La machine des expulsions est grippée, avec un taux d’exécution des obligations de quitter le territoire français (OQTF) qui a chuté à 10 % pendant la crise sanitaire. Comment lever les protections derrière lesquelles se retranchent les clandestins et les étrangers délinquants qui n’ont plus vocation à rester?

D’abord, la période du Covid n’était pas significative puisque, pour expulser une personne, il fallait qu’elle accepte un test PCR et qu’elle ait un vol alors que l’espace aérien était fermé! Depuis la fin de la pandémie, nous retrouvons des chiffres plus «classiques», avec environ 30 % des OQTF exécutées. Au premier semestre, ce chiffre a même augmenté de 50 % vers les pays du Maghreb et de l’Afrique et plus de 3000 délinquants étrangers ont été éloignés en deux ans. Nous avons progressé, mais nous devons faire mieux.

À lire aussiExpulsions des délinquants étrangers: la note choc de Darmanin aux préfets

Nous pourrions ainsi examiner les protections contre l’éloignement dont bénéficient certaines catégories d’étrangers, en lien avec leur âge d’arrivée en France ou leur statut marital, et qui ne découlent pas d’obligations constitutionnelles ou internationales. Nous proposons par ailleurs de porter de 1 à 3 ans la possibilité de placer en rétention ou d’assigner à résidence un étranger sur le fondement de son OQTF. Nous proposons enfin de réduire le délai pour quitter volontairement le sol français de 30 à 15 jours après l’injonction du préfet.

mesures eloignement

Comment simplifier le contentieux des étrangers, qui reste un casse-tête en France?

Aujourd’hui, les recours peuvent se multiplier et durer plusieurs années. C’est bien trop long! Ces délais permettent à certains de se volatiliser dans la nature. C’est pourquoi nous proposons de simplifier les règles du contentieux des étrangers, conformément aux orientations du Conseil d’État et de l’excellent rapport du sénateur LR François-Noël Buffet. Cela passe notamment par une forte réduction du nombre de procédures applicables.

Ce rapport parlementaire pointe aussi la gestion kafkaïenne de l’immigration dans les préfectures, asphyxiées par le nombre de dossiers…

Nous souhaitons appliquer les préconisations de ce rapport. Si on doit être très ferme sur le contrôle de l’immigration, on doit en effet être plus humain sur le traitement des étrangers sur notre sol. Or, malgré les efforts consentis par les agents des préfectures, force est de constater que nous sommes encore mal organisés. Je veux que, d’ici à un an, les files d’attente devant les préfectures - qui choquent légitimement tout le monde - disparaissent.

Nous proposons, fait totalement nouveau, qu’une décision d’éloignement soit prononcée dès le rejet de la demande d’asile

Gérald Darmanin

Pour y arriver, je vais réorganiser le travail en dématérialisant la constitution des dossiers et en expérimentant des «back-offices» de préinstruction qui permettront de libérer des agents pour offrir un accueil personnalisé à partir de 2023. En somme, une modernisation digne du prélèvement à la source. Avec cette nouvelle organisation, nous constaterons par ailleurs que chaque étranger demandant un titre de séjour n’a pas de casier judiciaire. Et, pour nous assurer de la bonne intégration de chaque étranger, nous proposons que l’obtention d’un certificat prouvant la maîtrise du français et l’acceptation des valeurs de la République, comme la laïcité ou l’égalité entre les femmes et les hommes, conditionne le titre de séjour.

Plus de 60 % des demandeurs d’asile sont déboutés et s’ajoutent aux dizaines de milliers qui restent en France. Comment procéder pour que ces personnes quittent vraiment le territoire?

Nous proposons, fait totalement nouveau, qu’une décision d’éloignement soit prononcée dès le rejet de la demande d’asile, ce qui réduira considérablement les délais. Par ailleurs nous proposons également que, dans la majorité des cas, un juge unique, contre trois aujourd’hui, siège à la Cour nationale du droit d’asile, chargée d’examiner les recours. Nous poursuivrons aussi le dialogue volontariste que nous avons engagé avec les États au sujet des laissez-passer consulaires.

La lutte contre les clandestins passe aussi par la répression des filières criminelles qui les acheminent sur notre territoire. Comment renforcer la traque?

Le texte que nous proposerons reprend la proposition du garde des Sceaux: considérer l’aide au séjour irrégulier comme un crime et non comme un délit. La peine infligée aux passeurs, qui sont des trafiquants d’êtres humains, passerait de 10 à 20 ans de réclusion.

À lire aussi Le rapport choc sur la gestion kafkaïenne de l’immigration en France

Par ailleurs, nous travaillons à la création d’un office d’investigations à l’échelle européenne pour débusquer les filières et nous faisons aussi monter en puissance nos moyens de renseignement dans les pays d’origine, pour mieux traquer les réseaux à la source.

Le Medef souhaite recourir à l’immigration économique pour pallier le manque de main-d’œuvre. Est-ce envisageable?

Avec le ministre du Travail, nous sommes tout à fait prêts à imaginer des quotas supplémentaires par métier ou par secteur en tension - hôtellerie, agriculture, restauration, BTP… Mais il faut mettre ce sujet sur la place publique: quelle responsabilité sociale compte prendre le patronat pour accueillir cette main-d’œuvre, qui doit se loger, scolariser ses enfants, s’intégrer? Les étrangers ne peuvent pas être vus simplement comme une main-d’œuvre qui viendrait pallier les difficultés de recrutement ou mènerait à effectuer des pressions à la baisse sur les salaires selon le seul point de vue capitaliste. Par ailleurs, attention à la contradiction apparente des mêmes personnes qui demandent plus d’étrangers pour travailler, mais moins d’étrangers dans le pays…

À quoi va ressembler la loi d’orientation et de programmation du ministère de l’Intérieur?

La première ministre souhaite des projets de loi courts au service d’un débat parlementaire efficace. C’est pourquoi, sans rien retirer à notre ambition, nous proposons un premier texte de quinze articles qui sacralise les 15 milliards d’euros d’augmentation du budget du ministère de l’Intérieur sur cinq ans, conformément aux engagements du président de la République. Le texte consacre le doublement de la présence des forces de l’ordre sur le terrain, avec notamment les 200 nouvelles brigades de gendarmerie et la création de 11 unités de force mobile.

Nous ne sommes ni dans la naïveté générale de l’extrême gauche, ni dans la caricature absolue de l’extrême droite. Nous ne jugeons pas les étrangers pour ce qu’ils sont, mais pour ce qu’ils font

Gérald Darmanin

Le deuxième chantier concernera le cyber: en préparation des Jeux olympiques de 2024, mais aussi pour penser la police de demain. Nous allons donc former 1500 cyberpatrouilleurs, intégrer des cours de codage aux écoles de police et de gendarmerie, créer des concours spécifiques… Bref, il y a une révolution technologique à mener au ministère de l’Intérieur. Enfin, puisqu’il faut plus d’officiers de police judiciaire pour suivre les progrès en matière de sécurité publique, il y aura un important volet sur l’investigation.

Établissez-vous un lien entre insécurité et immigration?

Nous ne sommes ni dans la naïveté générale de l’extrême gauche, ni dans la caricature absolue de l’extrême droite. Nous ne jugeons pas les étrangers pour ce qu’ils sont, mais pour ce qu’ils font. S’ils souhaitent s’intégrer à la République, ils sont les bienvenus. S’ils ne respectent pas nos valeurs et nos lois, ils doivent partir. Aujourd’hui, les étrangers représentent 7 % de la population française et commettent 19 % des actes de délinquance. Refuser de le voir, ce serait nier le réel. Mais il serait faux de réduire la délinquance aux étrangers. Nous devons avoir davantage de fermeté lorsqu’on constate que, à Lyon et à Paris, respectivement 39 % et 48 % des actes de délinquance sont le fait d’étrangers, souvent des multirécidivistes qui n’ont rien à faire sur notre sol et que je vais m’employer à expulser.

Le maire de Lyon a refusé de vous accueillir dans sa ville samedi. Où en sont les relations entre l’État et la troisième ville de France?

J’ai toujours mis un point d’honneur à accueillir les ministres lorsqu’ils venaient à Tourcoing car en tant que maire, j’étais le représentant de tous les habitants de ma commune, sans idéologie ni parti pris. Quand on est maire, on doit toujours privilégier l’intérêt général à son parti pris idéologique. Grégory Doucet a donc fait deux erreurs.

À lire aussi Gérald Darmanin tacle le maire de Lyon sur sa politique en matière de sécurité

D’abord, par son comportement, il a refusé d’être le porte-parole de ses administrés et des habitants de La Guillotière que j’ai longuement rencontrés. Ensuite - sans doute en communauté de pensée avec Jean-Luc Mélenchon qui considère que «la police tue» -, il n’a pas souhaité saluer les forces de l’ordre pourtant agressées. Et c’est sans doute là le plus grave.

Êtes-vous aujourd’hui le Gérald Darmanin qui dénonçait il y a deux ans «l’ensauvagement d’une partie de la société» ou celui qui tançait durant la campagne «les candidats “Orange mécanique”»?

Je suis une personne de bon sens, provinciale, enfant de classe moyenne qui se contente de parler français, avec les mots qu’utilisent les Français. Lorsqu’il y a des violences de plus en plus sauvages dans la société, je le dis. Et, quand je vois que l’extrême droite essaie d’exciter les pulsions, je le dis aussi. Le tout, sans aucun autre calcul politique que la volonté de servir la République. J’essaie d’incarner le bon sens populaire, qui allie générosité et fermeté.

Le président de la République ne peut pas se représenter en 2027. Certains préparent déjà la suite: Édouard Philippe avec Horizons, Bruno Le Maire en devenant le «M. Idées» de Renaissance… Et vous?

On m’a demandé de m’investir dans le futur parti présidentiel. Étant donné que je n’ai qu’une seule boussole, la réussite du quinquennat, j’ai accepté. J’y ferai entendre la voix des classes populaires et moyennes, qui allie respect de l’autorité et intérêt pour la question sociale. Mais, à propos de bon sens populaire, comme disait ma grand-mère, «avant l’heure, c’est pas l’heure»! Tout le monde doit se concentrer sur la réussite du président de la République, de son quinquennat, qui sera aussi la réussite de la France. Il ne peut y avoir de destins individuels en cas de défaite collective.