atelier

Tribune

Les réformes engagées depuis cinq ans ont modifié la donne pour les entreprises, affirme un collectif de dirigeants. Baisse des impôts de production ou de l'IS, développement de l'apprentissage, soutien appuyé pendant la crise, plan France 2030… Le climat a changé. Et les résultats en témoignent.

Les Echos - Opinion- 16 décembre 2021 - Par Tribune Collective

Chefs d'entreprise issus de tous secteurs d'activité et implantés dans tous les territoires de France, nous sommes pleinement engagés pour créer des emplois, investir, exporter et innover. Longtemps, nos entreprises ont été lestées d'une lourde fiscalité, de normes absconses et d'un droit du travail trop rigide entravant leur développement. Tant et si bien que la France s'est désindustrialisée plus rapidement que ses partenaires européens, et qu'elle s'était installée durablement dans un chômage de masse.

Alors que le dernier budget du quinquennat vient d'être débattu à l'Assemblée, force est de constater que, depuis cinq ans, le climat a changé. Prises ensemble, les réformes engagées ont modifié la donne.

Pour commencer, la France est enfin sortie de l'exception fiscale. En passant de 33 % à 25 %, l'impôt sur les sociétés atteint un niveau raisonnable qui permet aux entreprises de réinvestir une part plus importante des fruits de leur activité. L'instauration du prélèvement forfaitaire unique pose les bases d'une réconciliation des Français avec l'investissement au capital des entreprises. La baisse tant attendue des impôts de production est la première étape vers la fin d'une situation absurde qui privait la France de tout espoir de réindustrialisation. Après des décennies d'hésitations fiscales, nous saluons la constance dans les choix politiques qui a redonné aux entrepreneurs la visibilité dont ils ont tant besoin.

Loi Pacte, réforme de l'assurance-chômage…

De même, nous soutenons les réformes engagées pour restaurer la valeur travail, à laquelle nous sommes viscéralement attachés, et dont la dépréciation semblait inexorable. Les incitations au travail et au retour à l'emploi après une période de chômage se trouvent renforcées par la défiscalisation des heures supplémentaires et la réforme de l'assurance- chômage. La rénovation de l'apprentissage et de la formation professionnelle a boosté un cursus dont les bénéfices pour les alternants et les entreprises ne sont plus à démontrer. Les conditions du dialogue social ont été assouplies et enrichies par les ordonnances travail et la simplification des seuils sociaux de la loi Pacte. L'égalité entre les femmes et les hommes s'incarne dans nos entreprises, accompagnées en ce sens par l'index pour l'égalité professionnelle.

Depuis mars 2020, dans nos entreprises, nous nous sommes mobilisés avec l'appui des pouvoirs publics pour préserver le patrimoine entrepreneurial de la France et sauvegarder l'emploi. Nous nous félicitons des orientations retenues et de la réactivité des services de l'Etat et des collectivités : là où les mesures de soutien ont permis d'éviter un tsunami de faillites et une explosion du chômage, le plan de relance accélère la réindustrialisation de nos territoires et la transition numérique et énergétique de nos entreprises.

Il reste à approfondir les acquis

Avec le Plan France 2030 et grâce à toutes les initiatives entrepreneuriales, la France s'engage sur la voie d'une transformation profonde de son économie et d'un développement plus durable.

Au regard des cinq dernières années, et malgré la crise la plus grave que notre pays ait sans doute eu à surmonter depuis plus d'un siècle, nous constatons que les résultats sont au rendez-vous. Le chômage atteint son niveau le plus bas depuis treize ans. Avec 680.000 contrats déjà signés en 2021, l'apprentissage établit un record historique. De même pour les créations d'entreprises, qui devraient tangenter le million cette année. L'emploi industriel se redresse, après une décennie de baisse. La France est devenue en 2019 le pays d'Europe le plus attractif pour les investissements étrangers.

Convaincus que notre pays dispose de tous les atouts pour assurer sa prospérité, nous souhaitons que, dans le débat démocratique qui s'engage, l'entreprise occupe une place centrale. Et nous formons le voeu que les acquis de ce quinquennat pour l'entreprise soient pérennisés et approfondis lors du suivant.